Voir tous les films

Titubanda



Les films de la sélection

Tokyo blue, l’endroit au bord de la rivière

Sylvain Garassus
2014 - 72 min

Titubanda

Barbara Vey
2014 - 60 min

Les Génies de la grotte Chauvet

Christian Tran
2015 - 52 min

Petites mains

Thomas Roussillon
2014 - 57 min

Permis de tuer ?

Agnès Pizzini
2016 - 62 min

Maman Colonelle

Dieudo Hamadi
2017 - 72 min

Sans adieu

Christophe Agou
2017 - 99 min

À ma mesure

Marie Tavernier
2017 - 58 min

Athènes Rhapsodie

Antoine Danis
2016 - 78 min

Au bout de leur peine

Mathilde Syre
2015 - 70 min

La Bergère des glaces

Stanzin Dorjai Gya et Christiane Mordelet
2016 - 74 min

Chjami è rispondi

Axel Salvatori-Sinz
2017 - 77 min

Exils adolescents

Antoine Dubos
2017 - 70 min

Makala

Emmanuel Gras
2017 - 96 min

Le Ministre des poubelles

Quentin Noirfalisse
2016 - 75 min

Quand la caravane reste

Stéphane Mercurio
2015 - 59 min

Les projections

Voir tous les films

Titubanda

Dans les rues de Rome, on peut souvent croiser la Titubanda, une fanfare constituée d’une trentaine de musiciens amateurs. Leur répertoire va de la chanson traditionnelle italienne à l’avant-garde jazz, en passant par des hymnes latino-américains ou des rythmes arabes. Mais la particularité de Titubanda est le profond engagement de chacun de ses membres. Jouer au sein de Titubanda, c’est trouver une façon pacifiste d’exprimer son point de vue politique dans l’Italie d’aujourd’hui. À travers cette fanfare joyeuse et engagée, sans « maestro » désigné, autogérée et éternellement en mouvement, se dessine une radioscopie de l’Italie contemporaine...

Réalisateur(s) : Barbara Vey

Barbara Vey est née en 1985, elle vit à Lyon. Après un cursus d’Histoire de l’Art et de Cinéma à l’Université de Paris 1, elle effectue un master à l’université de Rome La Sapienza, où elle rédige un mé- moire sur le documentaire italien. A cette occasion, elle rencontre Vit- torio de Seta, grande figure du cinéma documentaire italien, rencontre décisive qui l’oriente vers le métier de réalisateur. De retour en France, elle se forme à l’école documentaire de Lussas en master 2 profes- sionnel « Réalisation de documentaire de création ».
Le portrait s’inscrit en filigrane dans le travail de la réalisatrice, atta- chée à filmer le quotidien des personnes et la musicalité du réel. Ses films s’articulent souvent autour d’une rencontre : la découverte de choix de vie particuliers qui ouvre le regard du spectateur et l’interroge sur la société. Ces « petites résistances poétiques », comme elle les appelle, sont au cœur de son travail qui interroge souvent le rapport entre le son et l’image.
Elle-même musicienne, elle a rencontré la Titubanda à Rome, « en bas de sa rue » et l’a suivie pendant presque deux ans.
Selon Barbara, c’est le côté humain qui « paye le plus » : que ce soit au moment où les personnages du film se redécouvrent, étonnés et touchés du résultat final, ou encore lors des projections, où le film parle aux spectateurs d’une manière ou d’une autre : l’effet-miroir du documentaire est la récompense finale du réalisateur.

Durée : 60 min
Année : 2014
Production : Z'azimut films

Les projections